Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /var/www/alternc/r/routedesstages/www/route-des-stages.org/config/ecran_securite.php on line 225
Deux niçois à Arcachon - La Route des Stages
 
Deux niçois à Arcachon

samedi 27 décembre 2008

Deux niçois à Arcachon

raconté par Sylviane


Mon fils, Mathieu, et moi avons fait cet été un tour de découverte de plusieurs régions de France, en faisant entre autre appel à la route des Sel et au Jeu, qui nous ont permis d’agréables séjours à Bourcefranc à côté d’Oléron, et à bord d’un voilier à quai près de Perpignan.

En chemin, j’ai expérimenté une offre de la Route des Stages, et c’est avec Roland de Pessac que nous avons découvert le bassin d’Arcachon d’une façon privilégiée et originale grâce à son zodiac.
La traversée du bassin en bâteau nous a permis d’admirer la côte de la mer : notamment la dune du Pyla et l’île aux oiseaux et d’accoster sur le banc d’Arguin, accessible uniquement aux embarcations privées...

Il paraît que les touristes surestiment leurs capacités ou sous-estiment la distance en tentant de courir à la nage les 600 mètres qui séparent la dune du banc, mais il faut compter avec les courants ! Courants, marées n’étaient que des mots pour nous, habitués à "notre tranquille" méditerranée ; ils sont entrés dans notre expérience grâce à cette journée et aux récits de Roland et Evelyne (une adhérente du SEL Gabare, qui participait à la sortie).

Après déjeuner, j’ai visité l’écomusée de la réserve naturelle du banc d’Arguin et examiné de près les parcs à huîtres et les collecteurs de moules que la marée avait découverts. Une occasion aussi pour apprendre quelques détails supplémentaires en bavardant avec les ramasseurs de coquillages.

En attendant l’heure du départ, Roland nous a fait faire individuellement un tour de zodiac : une sensation différente quand le bateau déjauge et glisse sur les vagues. Compte rendu de Mathieu, ravi d’avoir de surcroît tenu quelques minutes la barre : "Waoo !". Par contre, si Roland vous dit d’apporter le rechange, écoutez le et ajoutez le ciré : à quatre, la proue coupe les vagues et c’est vite la douche permanente. Amusant, mais Brrr...
Sur le chemin du retour, le moteur a fait un petit caprice, mais à son troisième hoquet un gros bateau nous a proposé de l’aide : Evelyne, Mathieu et moi sommes montés à bord, et il a remorqué le zodiac où Roland était resté jusqu’à notre point de départ où nous avons récupéré nos vêtements secs et bu un bon chocolat chaud avec des tapas.

Peut-être que l’esprit du Sel est un peu partout, en mer !

Sylviane

 
© Route des Stages 2008